Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 17:22
Lucky Mum

Ah les vacances... Les soldes... les petits plaisirs de la vie, pas chers...

Quand ta fille chérie t'offre un T Shirt de circonstances...

Lucky Mum

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 17:33
14 JUILLET   AUX LARMES CITOYENNES

14 juillet Question Solennelle




Monsieur le Président,
En ce 14 juillet, jour solennel de ferveur républicaine et nationale, je viens vous poser une question solennelle, car je ne comprends toujours pas et je veux qu’on m’explique. Plus en détails et intelligiblement, que dans cette réponse lapidaire et bien décevante que vous venez de faire dans votre discours.
Que vous est-il donc passé par la tête le jour où vous avez nommé, vous et votre Premier ministre, comme ministre de la police un homme accusé de viol.

Avez-vous réellement pesé la valeur symbolique de cette décision ?
Sans préjuger ni de sa culpabilité, ni de son innocence, c’est quoi l’idée ?
Montrer que l’on peut accéder aux plus hautes fonctions de l’état,

frappé d’infamie ?


Aurait-il été si incongru d’attendre que cette accusation tombe,

avant d’introniser ainsi ce monsieur ? Que je ne connais pas, mais qui, et c’est là que je m’interroge, a su par son comportement, au moins, inspirer à une femme l’envie de le dénoncer.
Vous avez sans doute des informations qui m’échappent et sans doute avez-vous préféré donner la priorité à ses compétences plutôt qu’à son image. Si tant est qu’elle put résister à la suspicion tant que la justice ne l’aura pas totalement blanchi. Mais permettez-moi de vous dire Monsieur le Président, à quel point l’incohérence de votre décision affecte la population. Même si vous le savez déjà, et avez choisi de mépriser sa réaction.

Comment voulez-vous nous faire croire en votre sincérité à l’égard de la cause des femmes, et même déclaré cause nationale leur bien-être et leur sécurité, quand vous portez à la tête des services chargés de cette même de sécurité, un violeur présumé ?

Voyez-vous là ? Où placez-vous le curseur en matière de cynisme,

vous et vos collaborateurs « d’en haut ? ». Quand nous, « tous ceux d’en bas », policiers, gendarmes, personnels enseignants, sociaux, éducatifs, soignants, ou encore simples parents, devront expliquer aux enfants que nous éduquons de notre mieux, à la campagne comme à la ville, et dans les quartiers, qui trop souvent s’embrasent encore ; que le ministre de la police peut porter l’étiquette de criminel ?

Car tant que la chose n’est pas irrémédiablement jugée dans un sens comme dans l’autre, le doute, vous le savez bien, s’il doit profiter à l’accusé, spolie tout ce temps, sa victime de toute réparation.


Ainsi dites-moi, comment leur expliquer, donnez-moi les mots. Pour leur dire qu’au-delà de la présomption d’innocence, il y a avant tout, pour tenir certaines fonctions, en toute dignité, le devoir d’exemplarité.


Dites-moi enfin, pourquoi on somme certain de partir, alors qu’il est soupçonné d’escroquerie, pour accueillir au sein d’un nouveau gouvernement qui se veut vertueux, un homme porteur d’une telle accusation, de mon point de vue, plus grave, entachant toute l’administration qu’il est amené à commander ?


C’est indigne, monsieur le président, et révoltant. Pour toutes les femmes,

victimes, ou pas encore, d’abus.
Je suis triste que vous n’en n’ayez pas pris conscience, ou pire, choisi de passer au-dessus de cette ignominie, devenue le symbole de la suprématie masculine, et croyez-moi, une porte ouverte à des comportements déplorables à venir.

Vous répondez depuis le début de votre mandat par le mépris à la voix de « La Rue », comme vous aimez à nommer la population qui vous a élu.

Ne vous étonnez pas d’en attirer en retour, de la rancœur, voire de la colère.


Je suis contre la violence monsieur le président, et désapprouve son usage, quel que soit le camp du belligérant. Mais le désespoir en est le creuset, vous le savez bien. Et quand je vois mon pays agité de tous ces soubresauts de rage, j’ai bien du mal à fustiger ceux qui se révoltent. En 1789, les Français ont porté une grande idée de la Nation. De la solidarité, de l’intégrité. Tout cela a maintes fois été terni, ensanglanté, au cours des siècles.

Et la violence n’a jamais fait qu’aggraver les choses. L’exacerber est plus qu’une erreur. En tant que citoyenne, je juge comme une faute politique de négliger les symboles.


Et symboliquement, cette nomination est une faute.

Qui va attiser colère et ressentiment.

Et empêcher une fonction d’être correctement tenue.


Je ne suis pas née de la dernière pluie. Je sais bien qu’on n’arrive pas à ce niveau de pouvoir sans avoir « vécu » et emprunté des chemins pas toujours très virginaux. Mais de grâce, Monsieur le Président… Un violeur. Pas encore innocenté. Comprenez qu’aujourd’hui enfin, cela ne passe plus.


N’oubliez pas que 50 % de la population est féminine et qu’elle a aujourd’hui le droit de vote. Tant qu’on y est, interrogez votre épouse sur son sentiment. De femme, de mère, d’enseignante, sur la question. Et réfléchissez. De grâce.
 

Une citoyenne, lamba, révoltée.
 

C’est de circonstance.
Bon 14 juillet à tous.

14 JUILLET   AUX LARMES CITOYENNES

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 17:32
14 juillet Au Larmes Citoyennes

14 juillet Question Solennelle




Monsieur le Président,
En ce 14 juillet, jour solennel de ferveur républicaine et nationale, je viens vous poser une question solennelle, car je ne comprends toujours pas et je veux qu’on m’explique. Plus en détails et intelligiblement, que dans cette réponse lapidaire et bien décevante que vous venez de faire dans votre discours.
Que vous est-il donc passé par la tête le jour où vous avez nommé, vous et votre Premier ministre, comme ministre de la police un homme accusé de viol.

Avez-vous réellement pesé la valeur symbolique de cette décision ?
Sans préjuger ni de sa culpabilité, ni de son innocence, c’est quoi l’idée ?
Montrer que l’on peut accéder aux plus hautes fonctions de l’état,

frappé d’infamie ?


Aurait-il été si incongru d’attendre que cette accusation tombe,

avant d’introniser ainsi ce monsieur ? Que je ne connais pas, mais qui, et c’est là que je m’interroge, a su par son comportement, au moins, inspirer à une femme l’envie de le dénoncer.
Vous avez sans doute des informations qui m’échappent et sans doute avez-vous préféré donner la priorité à ses compétences plutôt qu’à son image. Si tant est qu’elle put résister à la suspicion tant que la justice ne l’aura pas totalement blanchi. Mais permettez-moi de vous dire Monsieur le Président, à quel point l’incohérence de votre décision affecte la population. Même si vous le savez déjà, et avez choisi de mépriser sa réaction.

Comment voulez-vous nous faire croire en votre sincérité à l’égard de la cause des femmes, et même déclaré cause nationale leur bien-être et leur sécurité, quand vous portez à la tête des services chargés de cette même de sécurité, un violeur présumé ?

Voyez-vous là ? Où placez-vous le curseur en matière de cynisme,

vous et vos collaborateurs « d’en haut ? ». Quand nous, « tous ceux d’en bas », policiers, gendarmes, personnels enseignants, sociaux, éducatifs, soignants, ou encore simples parents, devront expliquer aux enfants que nous éduquons de notre mieux, à la campagne comme à la ville, et dans les quartiers, qui trop souvent s’embrasent encore ; que le ministre de la police peut porter l’étiquette de criminel ?

Car tant que la chose n’est pas irrémédiablement jugée dans un sens comme dans l’autre, le doute, vous le savez bien, s’il doit profiter à l’accusé, spolie tout ce temps, sa victime de toute réparation.


Ainsi dites-moi, comment leur expliquer, donnez-moi les mots. Pour leur dire qu’au-delà de la présomption d’innocence, il y a avant tout, pour tenir certaines fonctions, en toute dignité, le devoir d’exemplarité.


Dites-moi enfin, pourquoi on somme certain de partir, alors qu’il est soupçonné d’escroquerie, pour accueillir au sein d’un nouveau gouvernement qui se veut vertueux, un homme porteur d’une telle accusation, de mon point de vue, plus grave, entachant toute l’administration qu’il est amené à commander ?


C’est indigne, monsieur le président, et révoltant. Pour toutes les femmes,

victimes, ou pas encore, d’abus.
Je suis triste que vous n’en n’ayez pas pris conscience, ou pire, choisi de passer au-dessus de cette ignominie, devenue le symbole de la suprématie masculine, et croyez-moi, une porte ouverte à des comportements déplorables à venir.

Vous répondez depuis le début de votre mandat par le mépris à la voix de « La Rue », comme vous aimez à nommer la population qui vous a élu.

Ne vous étonnez pas d’en attirer en retour, de la rancœur, voire de la colère.


Je suis contre la violence monsieur le président, et désapprouve son usage, quel que soit le camp du belligérant. Mais le désespoir en est le creuset, vous le savez bien. Et quand je vois mon pays agité de tous ces soubresauts de rage, j’ai bien du mal à fustiger ceux qui se révoltent. En 1789, les Français ont porté une grande idée de la Nation. De la solidarité, de l’intégrité. Tout cela a maintes fois été terni, ensanglanté, au cours des siècles.

Et la violence n’a jamais fait qu’aggraver les choses. L’exacerber est plus qu’une erreur. En tant que citoyenne, je juge comme une faute politique de négliger les symboles.


Et symboliquement, cette nomination est une faute.

Qui va attiser colère et ressentiment.

Et empêcher une fonction d’être correctement tenue.


Je ne suis pas née de la dernière pluie. Je sais bien qu’on n’arrive pas à ce niveau de pouvoir sans avoir « vécu » et emprunté des chemins pas toujours très virginaux. Mais de grâce, Monsieur le Président… Un violeur. Pas encore innocenté. Comprenez qu’aujourd’hui enfin, cela ne passe plus.


N’oubliez pas que 50 % de la population est féminine et qu’elle a aujourd’hui le droit de vote. Tant qu’on y est, interrogez votre épouse sur son sentiment. De femme, de mère, d’enseignante, sur la question. Et réfléchissez. De grâce.
 

Une citoyenne, lamba, révoltée.
 

C’est de circonstance.
Bon 14 juillet à tous.

 

14 juillet Au Larmes Citoyennes

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2020 7 12 /07 /juillet /2020 11:00
JUSTICE
JUSTICE

Au moment de juger l'acte d'un autre, si mauvais, soit-il, il est bon de réfléchir ... à ce qu'on aurait fait soi-même en de telles circonstances. Plus, s'assurer de se prémunir contre la tentation de se venger avec violence ou perfidie.

Car c'est ainsi qu'on corrompt son âme.

L'important n'est pas de punir.

Mais d'apporter une réponse réparatrice ...

Tant à la victime qu'au criminel.
 

JUSTICE

Je sais, donner une chance de racheter sa faute et d'apprendre de ses erreurs, n'est pas toujours efficace, mais le bénéfice vaut bien qu'on essaie.

Jusqu'à ce que le fauteur de trouble se rende compte à quel point il gâche autant sa vie que celle de ceux qui subissent son comportement. Jusqu'à ce que la raison ou l'amour l'emportent.

Et que la bienveillance prenne le pas sur la convoitise et             la brutalité.

 

Un jour, peut-être, nous serons les plus nombreux à vivre         en harmonie, cette façon de voir la Vie.

En attendant, soyez prudents. Et réfléchissez bien avant d'agir.

 

Bon dimanche,

Dom

Partager cet article

Repost0
16 juin 2020 2 16 /06 /juin /2020 19:06
Tchao l'artiste

 

Bye Patrick !

Partager cet article

Repost0
7 juin 2020 7 07 /06 /juin /2020 19:13
MAMAN

Au-delà de l’enfantement, être Mère, c’est surtout
Nourrir et Protéger
Choyer et Éduquer…
Élever vers l’autonomie.
Et si nous ne sommes pas tous les jours à la fête,
Soyons fières de notre mission. Faire avec amour, grandir ces petits êtres.
Et délectons nous, de les entendre nous appeler dans quelque langue que ce soit, du doux nom de Maman.

DB

MAMAN

Au Test-Quelle maman es-tu ?

voici mon Résultat

           Tu es une maman tigre.

Tu gères ton troupeau avec autorité et fierté.

Tu veux inculquer à tes enfants l'envie de réussir,

parce que c'est ça qu'il leur faudra dans la vie.

MAMAN

Partager cet article

Repost0
6 juin 2020 6 06 /06 /juin /2020 17:51
Histoire d'eaux
Histoire d'eaux

Il en va de l’existence comme de la météo.
Les humeurs sont changeantes.
Parfois plus les unes que les autres.
La vie est ainsi faite.
Elle s’écoule comme une rivière.
Tour à tour ruisseau, calme et chantant, et torrent, furieux et grondant.
Il est toujours plus facile de s’y laisser porter par le courant.
Mais rien n’empêche vraiment, de le remonter de temps en temps.
Tout dépend de ce qu’on veut y faire.
Tout dépend de ce qu’on y cherche.
Ce qu’on y trouve est le fruit des ans.
Des allers-retours, au gré de nos sentiments.
Des endroits les plus plaisants où l’on aime se retrouver.
Les jours sont gris, les jours sont soleil.
À nous d’en profiter quand le temps est propice.
Il peut faire beau dans mon cœur quand l’orage gronde…
En pensant à la force de vie que charrie la pluie.
DomB

 

 

Histoire d'eaux

Partager cet article

Repost0
23 mai 2020 6 23 /05 /mai /2020 18:47
C'est démontré...

Laissons plus de place à la biodiversité, elle nous le rendra ... pensons-y, nous en faisons partie.

Partager cet article

Repost0
22 mai 2020 5 22 /05 /mai /2020 18:45
Vive la Vie !

Partager cet article

Repost0
21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 18:42
C'est chaud !

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : La Vie Rêvee de Domibleue
  • : "Ne rien posséder et pourtant tout avoir ..." c'est une équation difficile à résoudre dans notre société de consommation. "Si la Réalité dépasse parfois le Fiction, c'est que le Destin a plus d'imagination que nous ..."
  • Contact

Equation Philosophique

"Ne rien posséder et poutant tout avoir ..." c'est une équation difficile à résoudre dans notre société de consommation. Seule peut-être l'imagination peut apporter la solution...  J'ai une proposition : modifions l'orthographe du second terme: "à voir". Voilà qui donne des perspectives ...

Ne Rien posséder et pourtant Tout à Voir ...

Conteurs d'histoires et spectateurs travaillent ensemble à chercher la réponse ... Bienvenue.

Que vous soyez cinéastes professionnels ou amateurs, auteurs ou lecteurs, simples spectateurs ou "créateurs" (entre guillements car nous sommes tous souvent plus créatifs que nous ne voulons l'admettre...) je vous invite à chercher avec moi la réponse.

Que nous la trouvions ou pas, n'a pas vraiment d'importance, ce qui compte c'est le nombre de pistes que nous aurons à explorer ...

Cheminons ensemble voulez-vous, c'est si bon de faire des rencontres ... et pour ceux qui auraient des doutes, si si, vous êtes bien sur un blog de cinéphile ... Disons ... sur un blog cinéphilosophique... Quand la magie de l'image et de l'imaginaire se combinent . Ah, le ciné  ... c'est aussi un bon moyen de philosopher ... il n'y a qu'à se promener sur les forums ... moi, ça m'éclate !

A bientôt, domibleue.

PS : le premier qui me demande ce que je fume ...

 

Bonne Lecture. Et n'hésitez pas à laisser des commentaires ! A bientôt.

Recherche

Mise en place

en travaux

 

Attention Travaux     

 

Vous voudez bien excuser l'apect un peu sommaire de certains articles, amputés de leurs illustrations au moment de la mutation entre Allociné et Overblog. Cela va me prendre encore un peu de temps pour tout relire et remédier au problème. Recherche des photos disparues (ou pose de nouvelles...)

                       En attendant, je sous souhaite tout de même une bonne lecture !

Ayez chaque jour, une petite ...

             Pensée ZEN

 

 

La pensée zen du jour

                                «Tourne-toi vers le soleil, l’ombre sera derrière toi.»
- Proverbe Maori -
                                                     Celle-là me plaît bien ...Que la journée vous soit douce ...

 

Chats Alors

 ilogo.jpg   "Si la Réalité dépasse parfois le Fiction, c'est que le Destin a plus d'imagination que nous ..."

Retrouvez moi sur Unification

artoff16220.jpg

  logo_unification_definitif_2012-66937.png